Circuit court : quésaco ?

 Dans Alimentation

Avant tout, un peu de théorie… Que signifie circuit court ?

Il s’agit d’un circuit de vente directe entre le producteur et le consommateur. Le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche en  fournit une définition officielle. « Un circuit court est un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire ».

Il est important de préciser que dans cette définition officielle, il n’est pas question de consommation locale, même si dans les faits, c’est souvent en lien. Il convient également distinguer les produits BIO de ces circuits de distribution. La plupart des ventes en magasins BIO ne sont pas en circuit court !

Quelques chiffres pour mieux comprendre…

D’après le dernier recensement agricole, 21 % des exploitations commercialisent en circuit court alors que 7 % des achats alimentaires se font grâce à ce type de distribution, et les chiffres augmentent chaque année.

En juin 2017, l’ADEME dressait un bilan par typologie de produits vendus en circuit court : 50% du miel et des légumes, 25 % pour les fruits et le vin, 10 % pour les produits animaliers (viande, charcuterie, fromage, poisson…).

Les raisons de consommer en circuit court

Le goût

Les produits sont récoltés au bon moment, ni trop tôt pour pouvoir traverser le globe jusqu’à votre assiette, ni hors saison pour satisfaire une envie de fraises au cœur de l’hiver ! Quand une tomate a mûri dans les bonnes conditions, et qu’elle est cueillie la veille de votre achat, vos papilles le ressentent forcément…

La qualité

Grâce à cette vente en direct, le producteur peut préserver la qualité de son élevage ou de sa production. Les volailles courent davantage, et surtout il y a moins besoin d’assistance chimique pour répondre aux contraintes de la grande distribution.

Le prix

Si l’agriculteur est rémunéré de manière plus juste en évitant les multiples marges de ses intermédiaires et les négociations serrées, le consommateur s’y retrouve aussi… Moins d’intermédiaires donc des prix plus raisonnables !

Le soutien à l’agriculture locale

Consommer local, c’est aussi un acte citoyen permettant d’aider les agriculteurs locaux.,

La préservation de l’environnement

Le miel qui vient de l’autre côté de l’Europe ou  du monde… Il peut être bio mais il a voyagé par avion, bateau… Ça, ce n’est pas très écolo ! Le miel du paysan local, lui, a moins vu de pays mais a pensé à votre empreinte carbone !

La transparence

Qui dit direct dit le plus souvent échange avec le producteur ou son représentant. Voilà une bonne façon de comprendre comment sont élevés les poules et ce qu’elles mangent, par exemple. Echange et transparence, voilà une nouvelle bonne raison de consommer local, en circuit court !

Attention, petit bémol… Le marketing… Il faut rester vigilant circuit court veut dire qu’il y a un intermédiaire maximum mais ne donne pas de garanti de qualité… D’où l’importance de miser sur la transparence, l’échange et de bien lire les étiquettes, les provenances.

Pour mieux comprendre les enjeux des circuits courts, les décryptés et répondre à vos interrogations,  découvrez les 28 & 29 septembre 2019 au Hangar 14, 2 jours consacrés à l’art de consommer en circuit court. Le circuit court n’est pas uniquement valable pour l’alimentation, il se développe dans de nombreux domaines de fabrication et de distribution à découvrir également sur le salon LA FERME EN VILLE.

Actualités récentes
Quels légumes consommer et comment hiver et printemps Salon La Ferme en VillePermaculture salon La ferme en ville